Page 12

Coprin Chevelu

Cropins Chevelus en famille en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropins Chevelus en famille en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Le Coprin Chevelu a unchapeau de taille moyenne à grande, ovoïde ou oblong qui commence à noircir depuis la marge qui se relève et s’enroule progressivement. Il a alors l’allure d’une cloche. A la fin, presque totalement liquéfié, il ne subsiste que sous la forme d’un disque sommital inconsistant.

Les lames, blanches, rosissent puis noircissent rapidement à maturité.

Son pied cylindrique porte un anneau blanc, mince et fugace. D’abord incolore et caché par le chapeau engainant, il s’étire parfois démesurément au fur et à mesure de la maturation. Sa surface, blanche et soyeuse se macule par places de rosé, puis de noir.

Sa chair mince et fragile, blanche, puis rosée, enfin noire et déliquescente dans le chapeau, a une consistance cotonneuse dans le pied.

Le Coprin chevelu pousse généralement hors des bois, il est commun le long des chemins, des allées, dans les vergers, l’herbe des pelouses et des prés, dans les jardins, les chaumes en général là où ont été enterrées des matières organiques, bois mort, chiffons, ordures diverses. Ce champignon pourtant fragile en apparence, peut percer le macadam !

Assez répandu, il pousse parfois en nombre assez grand dans toute la zone tempérée, d’avril à décembre en Europe, mais surtout en été et en automne.

Jeune, le Coprin chevelu se reconnaît aisément à son curieux chevelu de mèches blanches puis roussissantes, entrelacées. Mais il évolue très vite et de manière remarquable Si les coprins renferment surtout de toutes petites espèces qui poussent surtout sur le fumier, le chevelu fait exception. Son chapeau ovoïde ou cylindrique au début, puis en forme d’éteignoir, peut atteindre de 8 à 15 cm de haut. Il est d’abord tout blanc, et entièrement recouvert de peluches fragiles et légères, que la pluie fait souvent disparaître. Mais rapidement, la base du chapeau s’écarte du pied, et peu à peu noircit et se liquéfie complètement, en gagnant progressivement le sommet. A la fin, il ne reste que le pied qui, lui, ne fond pas et on est souvent surpris de rencontrer plus d’une dizaine de pieds tout blanc dont les chapeaux ont complètement disparu. C’est que les coprins au lieu de confier au vent la dispersion de leurs spores, ont adopté une autre solution Une fois mûrs, ils s’auto-digèrent, et les spores s’écoulent dans l’encre qui en résulte, et c’est l’eau de ruissellement qui se chargera de répandre les spores là où elles pourront trouver un terrain favorable. Le Coprin ne comporte à peu près pas de chair, sinon un petit disque très mince au sommet du pied, auquel sont suspendues les lamelles, et le chapeau tout entier n’est fait que de lamelles accolées les unes aux autres : un exemple d’économie car, à part le pied nécessaire et son léger anneau, tout est ici sacrifié à la production de spores.

Ce comestible, extrêmement fin et savoureux lorsqu’il est jeune, peut être consommé cru, simplement poivré ou salé. Cuit, il pourra avantageusement être préparé avec une sauce béchamel ou une persillade. Malheureusement, le coprin chevelu ne se conserve pas. Il noircit et se liquéfie en quelques heures seulement. Aussi  on le consommera le plutôt possible après la cueillette, au cours de laquelle seuls les exemplaires les plus jeunes et en bon état seront prélevés. Car par la suite, ils deviennent inconsistants et peuvent provoquer des désagréments digestifs.

Cropins Chevelus en duo en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropins Chevelus en duo en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropins Chevelus en famille en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropins Chevelus en famille en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Coprin Pie

Cropin Pie de plus de 30 cm en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Pie de plus de 30 cm en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Le Coprin Pie a un chapeau de 2 à 4 cm, ovoïde allongé devenant conique à campanulé à marge incurvée en vieillissant, d'abord recouvert d'un voile blanc à blanchâtre se fissurant progressivement en squames pour laisser apparaître un fond brun ocre puis brun foncé à noirâtre.

Les lames sont libres, fines et larges, de couleur blanche puis rosée pour devenir noires et déliquescentes à la fin.

Il ne possède pas d’anneau.

Le pied est d'abord trapu puis s'affine en grandissant, délicat, fin au sommet, s'épaississant vers une base bulbeuse (paraissant parfois marginé), de couleur blanche à blanc grisâtre, à revêtement floconneux.

Une odeur se dégage faiblement herbacée au début, puis bitumeuse à soufrée en vieillissant.

On trouve se champignon à partir du milieu de l'été et jusqu'à la fin de l'automne essentiellement dans les bois de feuillus, appréciant notamment la couverture des hêtres et les sols plutôt calcaires. Il peut mesurer jusqu’à 50 cm de haut !

La chair est mince, délicate, blanche à l'état juvénile, devenant grisâtre puis brunâtre. Les spores sont noires. Comme les autres membres de la famille, en général, il se dégrade rapidement. Ce champignon peu courant se développe le plus souvent isolément. Sa saveur douçâtre mais de caractère gustatif et odoriférant désagréable la classe parmi les non comestibles, même si aucun rapport de toxicité ne semble avoir été émis à ce jour.

Cropin Pie en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Pie en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Pie en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Pie en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Coprin Disséminé

Coprin Desséminé sur lit de mousse et feuilles chênes automnales après ondée, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Coprin Desséminé sur lit de mousse et feuilles chênes automnales après ondée, en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Le Coprin Disséminé, plus souvent à l'ombre et à proximité de vieilles souches, se développe en groupes de nombreux individus. Sa durée de vie est très brève : au delà de 24 heures, les sporophores se dégradent déjà ! Trop peu consistant et éphémère pour être d'un quelconque intérêt culinaire, ce champignon courant est surtout présent dans le Sud.

Le chapeau mesure de 7 à 15 mm, semi ovoïde puis rapidement en cloche, plissé et finement velouté, de couleur crème à fauve clair puis devenant grisâtre.

Les lames sont délicates, de couleur blanche puis devenant grisâtres et enfin noires.

Ce champignon ne possède pas d’anneau.

Le pied est fin et long, creux et fragile, de couleur blanche à blanchâtre voire gris clair.

Sa période de cueillette va du début de l'été et jusqu'à la fin de l'automne.

Ce coprin pousse sur les souches, branches mortes et aux abords immédiats de ceux-ci, dans les bois de feuillus comme de conifères. Le plus souvent à l'ombre et à proximité de vieilles souches, il se développe en groupes de nombreux individus. Sa durée de vie est très brève : au delà de 24 heures, les carpophores se dégradent déjà !

Trop peu consistant et éphémère pour être d'un quelconque intérêt culinaire, ce champignon courant est surtout présent dans le Sud.

 

Coprins  Desséminés sur lit automnal en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Coprins Desséminés sur lit automnal en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Desséminé sur lit de mousse et feuilles de chêne automnales en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Coprin Desséminé sur lit de mousse et feuilles de chêne automnales en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Desséminé sur lit automnal en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Cropin Desséminé sur lit automnal en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Lépiote Elevée ou Coulemelle

Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon

La Lépiote Elevée ou Coulemelle a un chapeau de 10 à 25 cm d'abord ovoïde puis convexe en forme de parasol puis étalé, mamelonné au centre, blanchâtre à beige couvert d'une pellicule épaisse se déchirant en larges écailles de couleur cannelle à brunâtre.

Les lames sont libres, fines et serrées, de couleur blanc crème devenant blanc-crème sale lorsque le chapeau s'aplanit.

L’anneau est complexe et coulissant, de couleur blanche au dessus et brun clair au dessous, ayant l'aspect d'une bague épaisse d'aspect laineux.

Le pied est grêle, long (de 20 à 30 cm, voire 40 cm pour un chapeau de 35 cm de diamètre !), creux et fibreux, à tendance bulbeuse à la base, couvert de nombreuses petites écailles de couleur ocre ou brun à noirâtre.

Une odeur agréablement fruitée, de noisette émane de ce champignon à l'état juvénile.

On peur le récolter dès juillet mais se développe surtout en septembre et octobre.

Ce champignon pousse en bordure de haies, de bois clairs, ou de prés, parmi les fougères ou les genêts, dans les landes, les clairières et les prairies non entretenues.

La chair est de couleur blanc rosé. Il s'agit d'un très bon comestible dont la taille impressionnante et le port élégant ne passent pas inaperçus. Evitez toutefois l'absorption de spécimens se développant au bord des routes, même s'ils paraissent tentants !

Confusions possible avec la lépiote déguenillée, la lépiote fuligineuse mais aussi avec la lépiote brun-incarnat (mortelle !) dont la taille est toutefois inférieure tant par le chapeau que par le pied.

Il ne faut jamais cueillir des Lépiotes dont la taille est inférieure à 10 cm. et dont le chapeau se teinte de rougeâtre, de lilas ou même de noir.

Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Lépiote Elevée ou Coulemelle en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Lépiote Brune ou Lépiote Brunâtre

Lépiote Brune ou Lépiote Brunâtre en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Lépiote Brune ou Lépiote Brunâtre en forêt sur le Bassin d'Arcachon

La Lépiote Brune ou Lépiote Brunâtre a un chapeau de 2 à 6 cm, cuticule d’abord uniformément brunâtre, se déchirant en petites écailles pelucheuses, mais restant unie au centre, devenant rose-rougeâtre au toucher. Convexe puis étalé, souvent mamelonné. Marge rapidement fissurée.

Les lamelles sont blanchâtres puis crème, libres, parfois franchement écartées du pied, serrées, larges.

Le pied de 2 à 5 cm est brunâtre de la couleur du chapeau, grêle, creux, soyeux, légèrement moucheté vers la base qui n’est jamais bulbeuse. Anneau éphémère vers le milieu du pied et peu visible.

Sa chair est blanche devenant rose à l’air, mince. Odeur faible mais agréable et fruitée. Les spores sont blanches.

On rencontre ce champignon en été et à l’automne, dans l’herbe des clairières des forêts de feuillus, les talus, les haies, les prés, les jachères, les jardins, les parcs, les terrains retournés, etc. Heureusement assez rare.

C’est un champignon mortel, quelques décès lui ont été imputés en France. Les symptômes sont proches de ceux provoqués par les Amanites mortelles. Ces petites Lépiotes dont la chair vire au rose sont toutes très dangereuses et il est souvent très difficile de les différencier entre elles. Heureusement, elles se différencient aisément des grandes Lépiotes comestibles. 

Il ne faut jamais cueillir des Lépiotes dont la taille est inférieure à 10 cm. et dont le chapeau se teinte de rougeâtre, de lilas ou même de noir.