Page 5

Phéole de Schweinitz

Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon
Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon

Le Phéole de Schweinitz est un champignon arboricole parasite qui, à maturité, devient énorme. Son chapeau (de 10 à 30 cm) est de forme circulaire irrégulière plus ou moins creusée en entonnoir ou en éventail, à surface bosselée, duveteuse à velue, zonée concentriquement, de couleur jaune vif devenant progressivement brune à partir du centre mais gardant longtemps une marge soufrée.

Le reste du champignon a un revêtement feutré brun-rouille plus ou moins foncé. En vieillissant, l’ensemble du champignon prend une teinte brun-noirâtre, sa chair devient fragile, friable et légère.

Pas de lame mais des tubes décurrents formant un réseau en labyrinthe, finement floconneux, coloré concentriquement de couleur jaune à jaune verdâtre puis roussissant à brunissant vers le centre de l'hyménium.

Le pied est court, épais et parfois réduit à un tubercule, irrégulier à difforme, centré à excentré, de couleur brune à noirâtre.

On le rencontre à partir du milieu du printemps et jusqu'à la fin de l'automne, essentiellement sur débris ligneux, souches et branches pourrissantes de résineux dans les bois de conifères mais aussi dans les bois mixtes comportant des essences de mélèzes, pins et épicéas.

La chair est spongieuse et humide, plutôt tendre et de couleur ocre à brunâtre. Ce champignon assez rare se développe isolément ou en groupes de quelques rares individus, parfois imbriqués. Ses pores ont la particularité de brunir sous la pression du doigt. Ferme et de consistance spongieuse tout à la fois, il est classé parmi les espèces non comestibles.

Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon
Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon
Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon
Phéole de Schweinitz en forêt du Bassin d'Arcachon

Clavaire ou Sparasis

Clavaire ou Sparasis en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Clavaire ou Sparasis en forêt sur le Bassin d'Arcachon

La Clavaire ou Sparasis a un chapeau de 10 à 50 cm de diamètre, en masse difforme paraissant une grande éponge, une chicorée frisée ou un chou-fleur formée de nombreux rameaux aplatis lobés et ondulés mais compacts, de couleur crème à fauve clair à tendance roussissante en vieillissant.

Pas de lames ni d’anneau.

Le pied estradicant, constitué d'un tronc épais et court, blanchâtre à jaunâtre, d'où partent les rameaux.

Un parfum léger de cannelle et de noix mêlés, plus intense à la cuisson, émane de ce champignon

On le rencontre surtout en automne mais se développe parfois dès le milieu de l'été, le plus souvent sur souches de conifères, généralement en adossement de ceux-ci, sur troncs et souches de pins maritimes en façade atlantique.

Les spores de cet étonnant champignon sont de couleur ocre clair. Son développement est parfois impressionnant et il peut atteindre un poids d'une dizaine de kilos ! A l'état juvénile, c'est un excellent comestible caractérisé par une agréable saveur de noix et un croquant délicat. Au-delà d'une certaine maturité, dès qu'il commence à roussir, il devient progressivement plus coriace, caoutchouteux ... et laxatif. Il a la particularité de repousser chaque année, jusqu'à disparition totale de la souche, à condition de ne pas l'arracher mais de le couper au ras du tronc.

Clavaire ou Sparasis en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Clavaire ou Sparasis en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Ramaire Droite ou Clavaire Dressée

La Ramaire Droiteou Clavaire Dressée a un chapeau de 4 à 10 cm, en forme de tiges ramifiées près de la base, de couleur ocre-jaune à fauve clair, plus pâles lorsqu'elles manquent de lumière, d'aspect buissonnant.

Il n’y a ni lame, ni anneau.

Le pied est épais et court, parcouru de filaments blanchâtres paraissant des racines.

On rencontre ce champignon de la fin de l'été jusqu'au début de l'automne sur les souches, troncs et branches mortes des bois de feuillus et de conifères.

Les spores sont jaunâtres. Ce champignon pousse généralement en petits groupes, souvent partiellement enfouis parmi les feuilles.

De saveur poivrée, il est considéré comme non comestible. 

Ramaire Droite ou Clavaire Dressée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Ramaire Droite ou Clavaire Dressée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Ramaire Droite ou Clavaire Dressée et Collybies en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Ramaire Droite ou Clavaire Dressée et Collybies en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Plutée

Plutée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Plutée en forêt sur le Bassin d'Arcachon

 

La Plutée a un chapeau de 2 à 5 cm, hémisphérique s'aplatissant rapidement, de couleur jaune-doré parfois un peu mêlé de fauve, plus ou moins mamelonné, à marge striée et parfois également soulignée de couleur jaune et même aussi de couleur rouge orangé à orangé vif puis pâlissant jusqu'à jaune orangé en vieillissant. 

Les lames sont libres et larges, crème à jaune pâle devenant légèrement rosâtres, à arêtes soulignées de jaune.

Il n’y a pas d’anneau.

Le pied est creux, fin et fragile sans être cassant, de 4 à 7 mm d'épaisseur, également jaune à jaune ocre, à stries longitudinales plus claires, légèrement bulbeux.

On rencontre ce champignon à partir du milieu de l'été et jusqu'à l'automne

Sur les branches mortes, souches et débris ligneux parfois enfouis dans le sol, principalement dans les bois de feuillus.

La chair est blanche et les spores roses, colorant ainsi les lamelles lorsqu'il est mâture. Quoique réputé comestible, ce champignon est d'une saveur médiocre. Il se développe le plus souvent en solitaire, parfois en groupe de quelques individus.

Plutées orangées en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Plutées orangées en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé

Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé en forêt sur le Bassin d'Arcachon

L’Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé a un chapeau de 10 à 40 cm de largeur sur 5 à 20 cm de profondeur et 5 à 20 cm d'épaisseur, en forme de sabot de cheval plissé et bosselé de zones concentriques ondulée en bourrelets, à marge plus ou moins ourlée et plus claire à l'état juvénile, à cuticule d'une épaisseur de 1 à 2 mm, de couleur d'abord brunâtre puis grisâtre ocre pâle et enfin blanc grisâtre sur la fin.

Il n’a pas de lame : hyménium souvent renflé à pores fins (3 à 4 par mm) et arrondis sur tubes de 3 à 8 mm, de couleur claire devenant fauve à brunâtre mais pouvant verdir selon l'acidité de l'atmosphère environnante, parfois déformé par des nodules cratériformes produits par des galles.

Le pied est inexistant : fermement fixé dans le prolongement du carpophore du côté le plus épais de ce dernier.

Une odeur parfois fruitée (de banane sur certains sujets juvéniles) s’en échappe.

On trouve ce champignon toute l'année. Il se développe souvent pendant plusieurs années sur le même support sur les troncs et branches fortes des feuillus vivants ou morts, surtout sur hêtres, bouleaux et chênes.

Ce champignon spectaculaire par la forme et les dimensions persiste plusieurs années sur son hôte, pouvant ainsi parfois verdir partiellement sous l'effet de l'acidité de l'air. Assez rare, il peut se développer en solitaire mais aussi en groupes d'individus étagés sur le même tronc. Ferme et dur, solidement fixé sur l'hôte, il possède une chair subéreuse de couleur zonée de brun-ocre à rouille et une sporée jaune à brunâtre. Il sert encore dans certaines contrées à la fabrication de l'amadou, ce qui explique son surnom. Il n'est pas comestible et d'ailleurs trop coriace.

Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Amadouvier des Pins ou Polypore Marginé en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Stérée

Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon

La Stérée a un chapeau est 2 à 8 cm, en forme de console à surface velue, jaunâtre à jaune et orangé plus ou moins prononcées en zones concentriques plus ou moins marquées, à marge ondulée de couleur d'abord blanchâtre puis jaunâtre à jaune.

Pas de Lame mais un hyménium lisse à finement ridé de couleur jaunâtre à jaune

Pas de pied mais un prolongement du carpophore se fixant sur l'hôte.

On rencontre se champignon toute l'année mais se développant plus particulièrement de l'été jusqu'au début de l'hiver dans les bois de feuillus. Il se développe en bandes de plusieurs individus, parfois en véritables colonies, sur le bois mort et aussi sur les coupes.

Surtout à l'état juvénile, ce champignon présente un aspect hirsute (velu et poilu) qui lui vaut aussi le nom de Stérée hirsute.

La stérée, telle une "chips" de pomme de terre, s'étale en une sorte de pétale dont la face inférieure, dépourvue de pied, est lisse et de couleur orangée. Sa chair fine et coriace n'est pas comestible.

Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée naissante en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Stérée naissante en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable

Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable, tel un coquillage, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable, tel un coqullage, en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Le Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable a un chapeau de 4 à 15 cm environ, en forme de console à surface veloutée se déployant en éventail, à marge ondulée, généralement en groupes imbriqués, de couleurs zonées allant du blanc au gris, au beige, au bleu-gris, gris violacé voire au noir, plus clair à blanchâtre à la marge.

Pas de lames mais des pores minuscules et d'abord blancs, devenant ensuite de couleur crème à jaunâtre voire parfois taché de jaunâtre ocre pâle.

Pas d’anneau, ni de pied.

Ce champignon se développe toute l'année et reste souvent en place très longtemps, parfois plusieurs années tant il est coriace ! Il affectionne particulièrement le bois mort de hêtres et de bouleaux mais on le trouve sur nombre d'autres essences d'arbre et même sur du bois de charpente non traité.

Le polypore versicolore se développe en étages superposés de plusieurs individus semblant s'imbriquer les uns dans les autres. Sa dureté est parfois telle qu'elle l'a amené autrefois à être utilisé comme bijou. Non comestible en raison, notamment, d'une chair coriace, il n'est toutefois pas classé parmi les espèces toxiques.

Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable, telle une fleur sur fond de Mousse des Chênes, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Polypore Versicolore ou Polypore à couleur variable, telle une fleur sur fond de Mousse des Chênes, en forêt sur le Bassin d'Arcachon

Fistuline Hépatique ou Langue de Bœuf ou Foie de Bœuf

Champignon arboricole au creux d'un pied d'un chêne en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignon arboricole au creux d'un pied d'un chêne en forêt sur le Bassin d'Arcachon

La Fistuline Hépatique ou Langue de Bœuf ou Foie de Bœuf a chapeau de 10 à 20-25 cm de diamètre et 2 à 6 cm d'épaisseur, noduleux au début puis s'étalant en demi cercle ou allongé en forme de langue, de rein ou de console, pulviné ou aplati. La
cuticule est épaisse, élastique, visqueuse, séparable, mate au sec, très visqueuse à l'humidité, totalement recouverte de petites papilles plus foncées sur un fond rouge sombre chez l'adulte, orangées chez le jeune avec une
marge concolore.

Les pores forment une seule couche de tubes, accolés mais non soudés entre eux, séparables, longs de 0.5 à 1 cm, débouchant sur de petits pores ronds : environ 3 par mm, d'abord jaunes, puis se teintant de rouge, bruns rouillés aux endroits meurtris.

Le pied est inexistant ou très réduit jaune-orangé couvert de papilles rougeâtres. Les spores sont ocre pâle, rose.

La chair est épaisse, fibreuse, spongieuse, renferme un suc rougeâtre, légèrement salé, acidulé. 

De l'été à l'automne, surtout en septembre, ce champignon parasite les troncs généralement âgés ou souches de chênes et de châtaigniers et s'installe au niveau des blessures, dans les cavités, en position basse. 

Pas très commune, annuelle, cette fistuline apprécie plus particulièrement les souches de chênes ou de châtaigniers, mais peut aussi se montrer sur bois parfaitement vivant. De part sa couleur, sa forme et sa texture est généralement surnommée Langue de Bœuf ou Foie de Bœuf. De plus à la coupe, la chair rouge alternée de veines blanchâtres qui laisse s'échapper un suc rouge, renforce encore la comparaison.

C’est un bon champignon, à consommer seulement dans sa jeunesse.

Ce champignon, parfois vendu sur les marchés étrangers sous le nom de "champignon beefsteak" peut se consommer cuit comme une tranche de foie, bien relevé avec une persillade. Il vaut mieux éviter de le consommer cru. 

Les autres champignons arboricoles

J'ai classé, dans cette galerie, une multitude de champignons poussant sur les troncs ou au pied des arbres dont je n'ai pu malheureusement trouvé la variété. 

Champignon arboricole, tel un macaron, sur le tronc d'un pin en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignon arboricole, tel un macaron, sur le tronc d'un pin en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignons arboricoles, en duo, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignons arboricoles, en duo, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignons arboricoles, en bouquet sur des racines de pin, en forêt sur le Bassin d'Arcachon
Champignons arboricoles, en bouquet sur des racines de pin, en forêt sur le Bassin d'Arcachon