Page 5

Chèvrefeuille, avec ses baies, agrippé à une branche de roncier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille, avec ses baies, agrippé à une branche de roncier, flore Bassin d'Arcachon (33)

 

Amoureuse de Dame Nature, je ne peux m’empêcher, lors de mes escapades champêtres, de faire suivre ma boîte magique afin d’immortaliser les fleurs ou plantes sauvages par un modeste cliché.

Adorant la macro, je me délecte de cette passion avec ces élégantes demoiselles en habit de fleurs ou de verdure.

Certaines me sont au premier abord connues, d’autres pas le moins du monde. Et comme je suis d’un tempérament curieux, je m’empresse de rechercher quel est le nom de la belle inconnue et ses vertus.

 

Je vous propose d’effeuiller mon petit "herbier" photographique qui n’est pas définitivement clos car j'ai bien d’autres variétés à vous offrir.

 

La flore dans notre région étant très diversifiée, j'ai été amenée à créer plusieurs pages pour la présenter.

 

Maintenant, suivez-moi à travers champs, au détour d’un sentier et partons découvrir en parcourant cette page :

Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine,

- Sureaux,

-Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun ou Châtaignier des Chevaux ou Marronnier Blanc ou Châtaignier de Mer ou Marronnier faux-châtaignier,

- Châtaignier,

- Chèvrefeuille,

- Baccharis ou Faux Cotonnier ou Séneçon en Arbre,

- Frêne Commun ou Frêne Elevé,

- Chêne Pédonculé, Gland, Boule du Chêne ou Galle du Chêne, Chêne Liège...

Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine

Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Cornouiller Sanguin est appelé aussi Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine est un arbuste mesurant de 1 à 5 m. Il doit son nom à la teinte rouge sang de ses feuilles à la fin de l'été. Les jeunes branches exposées à la lumière du soleil prennent également une couleur rouge brillant. Ce phénomène est dû à la présence d'un pigment de la famille des anthocyanes. Les bourgeons sont opposés.

Cet arbuste étonne par son port étagé d’une rare élégance. De croissance relativement lente, c’est un arbrisseau indigène rustique.

Sa floraison s’étale de mai à juillet. Il est pollinisé par le vent et les insectes; dispersé par les oiseaux.

Les fleurs blanches forment un corymbe. Le fruit est une drupe pourpre foncé à noir, de forme globuleuse, contenant un noyau. Les fruits noirs ne sont pas comestibles, contrairement aux fruits rouges et un peu plus allongés du cornouiller mâle. Les fruits sont rassemblés en petites grappes. Les oiseaux raffolent de ses fruits foncés.

Il fleurit de mai à juin.

Cet arbuste pousse dans les bois, lisières forestières, haies, friches et broussailles sur sol calcaire, dans toute l'Europe tempérée.

L’arbuste aurait des propriétés médicinales en lien avec la circulation sanguine, tonifiant du coeur, fortifiant les artères. Il est utilisé en phytothérapie et plus particulièrement en gemmothérapie pour ce qui concerne ses bourgeons.

On utilise aussi ses branches rouges pour leurs propriétés ornementales. Les tiges de l'année sont employées en vannerie. L’arbuste est utilisé aussi pour la fabricaton de manches de parapluie et ses fruits donnent une huile qui était utilisée autrefois pour l'éclairage et la fabrication du savon.

Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine, fleur en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine, fleur en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine, fleur en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine, fleur en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses baies vertes, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses baies vertes, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses baies mûres, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses baies mûres, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses branches rouges hivernales, flore Bassin d'Arcachon (33)
Cornouiller Sanguin ou Bois Puant ou Bois Punais ou Bois Rouge ou Olivier de Normandie ou Puègne Blanche ou Sanguin ou Sanguine et ses branches rouges hivernales, flore Bassin d'Arcachon (33)

Sureaux 

Sureau Noir en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Noir en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

Les Sureaux, sont des arbustes ou plantes herbacées du genre Sambucus. Le Sureau est une plante nitrophile, sa présence indique donc un sol riche en azote. Les sureaux ligneux sont des arbustes à fleurs blanches ou de couleur crème qui se transforment ensuite en petits bouquets de baies rouges, bleues ou noires. Ces baies sont très appréciées des oiseaux.

Le terme tient son origine du nom latin Sambucus, qui est aussi la racine du mot "Sambuca", qui, lui, désigne la sambuca, une liqueur.

 

Il existe en Europe trois espèces de Sureaux :

- Sambucus nigra, le Sureau Noir ou Grand Sureau, aux baies noires comestibles, est l'espèce la plus répandue en Europe. C’est un arbuste de 2 à 5 m de haut. L'espèce est aussi appelée "Arbre de Judas" car c’est à la branche d’un Sureau Noir que se serait pendu Judas Iscariote, l'un des douze apôtres de Jésus de Nazareth (d'autres sources parlent d'Arbre de Judée qui est une espèce différente).

- Sambucus racemosa subsp. racemosa, sous-espèce européenne et asiatique de Sambucus racemosa, appelé aussi Sureau Rouge ou Sureau à Grappes ou Sureau de Montagne, Sureau Rameux aux baies rouges.

- Sambucus ebulus, le Sureau Hièble, est la 3ème espèce dans les parties les plus froides de l'Europe de l'Ouest. C'est un sureau herbacé rhizomateux de 1 m de haut qui disparaît en hiver. Ses baies noires sont toxiques.

Le Sureau tire son nom latin Sambucus du fait de l’allusion aux flûtes (cambuse) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du Sureau dont les rameaux sont creux.

Le Sureau Noir peut être confondu avec le Sureau Hièble dont les baies. Ce sont en effet deux plantes des campagnes européennes qui se ressemblent fortement. Le Sureau Hièble se différencie du sureau noir par le fait que :

- Le Sureau Hièble est une vivace herbacée qui disparaît en hiver, le Sureau Noir est un arbuste ligneux.

- La floraison du Sureau Hièble est plus tardive, de juillet à août, alors que le Sureau Noir fleurit en mai-juin.

- Le Sureau Hièble tourne ses fruits (baies toxiques) vers le haut alors que le Sureau Noir (baies comestibles) les tourne vers le sol.

- Le Sureau Hièble ne dépasse pas 1,80 m de hauteur.

Le Sureau Noir est un arbuste très répandu. On le rencontre dans les bois clairs, les haies, les terrains vagues, les dunes littorales ou encore aux abords des habitations. C'est un familier de l'homme depuis des millénaires. Il prospère notamment dans les friches, les décombres ou les remblais.

Le sureau est attirant pour un grand nombre d'insectes et d'animaux qui se nourrissent de ses feuilles, fleurs, pollens, fruits, bois et bois mort. Il est aussi une plante-hôte des chenilles de nombreux papillons.

Le Sureau Noir est parmi les arbres les plus visités par la faune. Son feuillage dense et les nombreuses fourches qu’offrent ses branches en font un lieu de choix pour les oiseaux nicheurs. Les abeilles sauvages et les guêpes profitent aisément de ses rameaux creux. Les fleurs attirent, en outre, quantité de butineurs : abeilles, papillons… et les baies font le régal des fauvettes des jardins, des merles noirs, des grives, des rouges-gorges et autres passereaux.

 

L’utilisation de cette plante est très diversifiée.

Au jardin :

Le purin de sureau (1 kg de feuilles dans 10 L d'eau mis à fermenter quelques jours) a de nombreuses vertus qui en font un grand allié du jardinier car c’est un excellent contre les pucerons, chenilles et mammifères (comme les taupes par exemple). Ce purin a aussi le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols).

Il serait conseillé de planter le sureau en sous-étage du moyen bois. Il donne un excellent compost favorisant les lombrics. On peut aussi le conseiller dans les vergers où il attire les oiseaux qui favorisent l'élimination des insectes.

Pour l’écriture :

Ses baies peuvent fournir une encre dont la couleur varie du bleu au violet selon sa composition.

Pour faire de l'encre, il faut broyer les baies dans l'eau, puis les laisser macérer pendant une journée afin que les fruits dégorgent. Pendant la macération, ajouter deux sachets de thé (le thé est riche en tanin qui fixe très bien les couleurs). Filtrer le macérat et le faire réduire en le portant à ébullition. Ajouter de l'alun en poudre et de la gomme arabique finement broyée. Mélanger et continuer à faire réduire jusqu'à obtention de la concentration appropriée.

En musique :

Le cœur tendre des branches de sureau peut facilement être évidé, ce qui rend cette plante idéale pour la confection d'instruments à vent simples tels que le mirliton, le fifre ou le sifflet.

Dans la tradition celtique, le sureau ("ruis") est l’arbre associé à la mort et les druides confectionnaient avec son bois les flûtes leur servant à converser avec les âmes des disparus ou protéger des sortilèges.

En médecine :

Le sureau a diverses propriétés thérapeutiques : élimination urinaire, facilite la digestion, anti-inflammatoire et sudorifique.

Les feuilles fraîches du Sureau sont très riches en acide cyanhydrique, elles peuvent être utilisées en cataplasme.

Les fleurs du Sureau Noir contiennent des anthocyanes, des flavonoïdes, du mucilage, des tanins et une petite quantité d'huile essentielle très aromatique. Les fruits contiennent les mêmes flavonoïdes, des vitamines A, B et C.

En tant que complément alimentaire, le sureau permettrait la réduction des effets de la grippe. En clinique, il adoucit la gorge et calme l'irritation bucco-pharyngée. Nos ancêtres disent même que le sirop de baies noires de sureau est bon contre la toux.

Un médecin grec du IIème siècle de notre ère, Galien, recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus (au siècle précédent, Pline l'Ancien lui attribuait déjà ces propriétés).

Le sureau noir a été une plante médicinale populaire dès l'Antiquité. Il est intégré à la pharmacopée de la médecine ayurvédique (Inde) et faisait aussi partie de l'arsenal thérapeutique des Amérindiens d'Amérique du Nord qui attribuaient les mêmes propriétés au Sureau Blanc (Sambucus canadensis) dont la composition est semblable à celle de son cousin européen.

En 1986, la Commission E, un organisme gouvernemental allemand, approuvait l'usage médicinal des fleurs de sureau pour le traitement du rhume. En 1999, l'organisation mondiale de la santé a reconnu les usages traditionnels des fleurs de sureau comme diaphorétique (qui provoque la sudation) et expectorant.

Publiés en 1995, les résultats d'un essai clinique à double insu avec placebo mené dans un kibboutz israélien, au cours d'une épidémie de grippe, ont démontré qu'un extrait de baies de sureau était nettement supérieur au placebo pour le soulagement des symptômes de la grippe.

Le rob (concentré du jus des baies de sureau) est utilisé pour ses propriétés diaphorétiques, pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.

En cuisine :

Aussi bien les fruits que les fleurs peuvent être transformés en vin de sureau qui est une boisson traditionnelle dans les pays nordiques, ou en sirop (sirop de sureau, gelée de sureau, limonade, ou en kéfir de sureau).

Les baies comestibles du Sureau Noir sont utilisables pour réaliser des coulis ou des gelées, seules ou associées à la mûre ou à la prune. Leur goût s'apparente à la mûre ou au raisin. Elles peuvent aussi venir parfumer les gâteaux aux pommes.

Les fruits du Sureau Noir sont utilisés comme colorant naturel, notamment pour les boissons et aliments.

On peut aussi faire du vinaigre de sureau en laissant macérer, au soleil, des fleurs de sureau dans du vinaigre de vin. Il est utilisé dans les salades, seul ou comme base de vinaigrette.

Le sureau sert à aromatiser la sambuca, une liqueur à base d'anis. Il peut aussi servir à aromatiser la bière.

Les fleurs se cuisent en beignets. Les boutons conservés dans le vinaigre peuvent accommoder des salades. Attention toutefois d'enlever les pédoncules des fleurs avant de les utiliser, car ils sont toxiques.

Mais attention, la consommation des baies crues n'est pas conseillée, car elles sont légèrement toxiques et peuvent provoquer des vomissements surtout quand elles sont immatures. La toxicité est détruite lors de la cuisson.

 

Confiture de Sureau : des baies à découvrir ou à redécouvrir, une vieille recette de grand-mère.

Nutritivement parlant, le sureau est le grand gagnant : Vitamines A, C, fer, potassium, phosphore, glucides, protéines...

Mais attendez vous à être surprit par son goût si fin, subtile et délicieux !

L'époque de récolte des baies noires du sureau s'étale de la mi-août à septembre. Partez en promenade, munissez-vous d'un grand panier (ou d'un seau) et adonnez-vous à la cueillette sauvage et donc totalement gratuite. Choisissez les grappes de baies les plus noires et les plus juteuses.

Ingrédients (pour 3 pots) : 1 kg de baies de sureau, 1 kg de sucre cristallisé, 1 zeste d’extrait de vanille (ou 1 sachet de sucre vanillé).

La veille égrener les baies avec une fourchette en l'utilisant comme un peigne et lavez les. Broyer les baies dans un moulin à légume, placer la mixture dans une bassine de cuivre puis le sucre, mélanger couvrir laisser jusqu'au lendemain.

Le lendemain, au matin, cuire en écumant régulièrement et attendre 15 minutes d’ébullition. A midi, recuire et attendre 15 minutes d’ébullition. En soirée, recuire une dernière fois et attendre encore 15 minutes d’ébullition.

Puis verser immédiatement dans vos pots et les fermer à chaud. Mettre les pots à l’envers et attendre jusqu’au lendemain… vous pouvez alors mettre vos pots à l’endroit car la confiture est terminée.

 Sureau Noir en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Noir en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Noir et ses baies comestibles en grappe tombantes, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Noir et ses baies comestibles en grappe tombantes, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble et ses baies toxiques en grappe vers le haut, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble et ses baies toxiques en grappe vers le haut, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble et ses baies toxiques en grappe vers le haut, flore Bassin d'Arcachon (33)
Sureau Hièble et ses baies toxiques en grappe vers le haut, flore Bassin d'Arcachon (33)

Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun ou Châtaignier des Chevaux ou Marronnier Blanc ou Châtaignier de Mer ou Marronnier faux-châtaignier

Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun ou Châtaignier des Chevaux ou Marronnier Blanc ou Châtaignier de Mer ou Marronnier faux-châtaignier est un arbre de grande taille à cive ovoïde, qui pousse à l'état sauvage sur le bord des routes et dans les jardins. On le retrouve dans les zones tempérées, jusqu'à une altitude de plus de 1 000 m.

Pour petite information, ses cousins Nord-Américains sont nommés Paviers (ils ont des feuilles plus lisses et non dentelées, avec des fleurs qui rappellent celles du marronnier européen).

Le Marronnier d'Inde peut vivre plus de 300 ans et atteindre une taille de 30 m. Pour mesurer son âge, on compte le nombre de stries dans le tronc. Attention, cette mesure d'âge ne marche pas pour tous les arbres (pour les pins, la mesure de l'âge se fait en comptant le nombre de branches, comme pour le chêne).

 

Son tronc est gris brun. Son bois n'est pas réputé de qualité pour la menuiserie, la charpente ou le papier. Il est utilisé en agriculture pour la confection de piquets et de treillis car son bois est peu putrescible.

Les feuilles caduques sont opposées, grandes (30-50 cm) munies d'un long pétiole, palmées, à 5 ou 7 folioles pointues à dentelure double, sur chaque tige.

Les fleurs du marronnier d'Inde sont blanches, odorantes, tachetées de rose ou de rouge, disposées en panicules de forme pyramidale dressée. Le Marronnier d’Inde offre une très belle floraison au printemps

Son fruit est entouré d'une capsule ovale ou ronde, coriace et hérisée de petites épines vert pâle, appelée bogue. La capsule est garnie de trois fentes de déhiscence et contient une ou deux graines lisses, brunes et non comestibles. Ce fruit porte le nom de Marron d'Inde et ressemble à la châtaigne. Le Marron d'Inde contient de l’amidon, des saponines (aescine) et surtout des glucosides (aesculine, fraxine), qui le rendent toxique. Il n'est donc pas recommandé de le donner à manger au bétail, bien que cela ait été fait dans le passé pour les chevaux et bovins. Il arrive à maturité à l’automne.

 

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser supposer, cet arbre est originaire d'Asie Mineure. Certains scientifiques sont arrivés à la conclusion que le Marronnier d'Inde poussait déjà avant la dernière période glaciaire. Après avoir survécu aux forêts humides des Balkans, il se répandit dans le Nord de l'Europe centrale et fut introduit à Constantinople, vers 1557. A cette époque, lorsqu'une plante exotique était découverte, on prétendait souvent qu'elle venait d'Inde. Dès le XVIIIème siècle, on avait recours à ses fruits, pour traiter les bronchites chroniques, les vertiges, l'épilepsie, les migraines, les saignements utérins, les hémorroïdes et les catarrhes de l'intestin. Ils entraient également dans la recette de la poudre à priser, utilisée pour traiter les polypes des sinus. On nommait parfois cette plante  "Châtaignier des Chevaux" car les vétérinaires s'en servaient pour guérir leur toux chronique.

Dans la tradition française, on recommandait de porter sur soi des Marrons d'Inde pour prévenir les rhumatismes, les lombalgies et les accès de goutte. Nos ancêtres en glissaient même dans leur poche pour lutter contre les hémorroïdes.

 

De nos jours, ce dernier est utilisé en gélules, gel, décoction, extrait, teinture mère.

On utilise depuis longtemps son écorce (riche en tanins et en flavonoïdes), ses fleurs et ses marrons pour en tirer des préparations médicinales.

En phytothérapie, le Marronnier d'Inde constitue une référence de choix, en particulier pour ses propriétés veinotropes. Il comporte bien d'autres vertus, tant dans le domaine de la cosmétologie que dans celui de la santé.

Le Marronnier d’Inde possède de nombreuses vertus :

En usage interne :

C’est un excellent tonique veineux : varices, jambes lourdes, petits hématomes, hémorroïdes. Il favorise également la vasoconstriction.

Effet décongestionnant : oedèmes, cernes, couperose.

Effet anti-inflammatoire : jambes lourdes, crampes.

Effet tonique : engelures, crampes nocturnes, augmente la résistance des vaisseaux sanguins et les rend plus perméables.

Léger effet antihémorragique : capillaires fragiles.

Facilite le travail du système cardiovasculaire.

Calme les douleurs menstruelles.

En usage externe :

Il diminue les engelures.

Il efface les cernes et réduit les gonflements de la peau.

En gel, il s'utilise en massage des jambes, pour atténuer douleurs et lourdeurs.

Indications thérapeutiques usuelles : Il permet de lutter contre l’insuffisance veineuse et les problèmes hémorroïdaires ainsi que la rétention d'eau (cellulite).

Autres indications thérapeutiques démontrées :

Il diminue les troubles fonctionnels liés à la fragilité capillaire et cutanée (pétéchies, cernes, ecchymoses...). Il contribue aussi à une meilleure santé cardiovasculaire.

C'est le printemps, les bourgeons arrivent, les feuilles naissent puis le Marronnier d'Inde déploie ses feuilles palmées...

C'est le printemps, les premièrs bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun montrent leur nez, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premièrs bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun montrent leur nez, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premièrs bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun montrent leur nez, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premièrs bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun montrent leur nez, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les bourgeons du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun libèrent leurs feuilles, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, les premières feuilles du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun naissent, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun déploie ses feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun déploie ses feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun déploie ses feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est le printemps, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun déploie ses feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)

C'est le printemps, le Marronnier d'Inde offre sa belle floraison...

Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

C'est l'été, le Marronnier d’Inde offre l'ombre généreuse de ses grandes feuilles palmées...

C'est l'été, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun offre l'ombre généreuse de ses grandes feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est l'été, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun offre l'ombre généreuse de ses grandes feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est l'été, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun offre l'ombre généreuse de ses grandes feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)
C'est l'été, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun offre l'ombre généreuse de ses grandes feuilles palmées, flore Bassin d'Arcachon (33)

Entre été et automne, le Marronnier d'Inde fait découvrir ses bogues...

Entre été et automne, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun fait découvrir ses bogues, flore Bassin d'Arcachon (33)
Entre été et automne, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun fait découvrir ses bogues, flore Bassin d'Arcachon (33)
Entre été et automne, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun fait découvrir ses bogues, flore Bassin d'Arcachon (33)
Entre été et automne, le Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun fait découvrir ses bogues, flore Bassin d'Arcachon (33)

C'est l'automne, le feuillage du Marronnier d'Inde se pare de ses plus belles couleurs...

Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)
Feuillage automnal du Marronnier d’Inde ou Marronnier Commun, flore Bassin d'Arcachon (33)

C'est l'automne, les Marrons d'Inde sont mûrs et les bogues s'éclatent au sol...

Marrons d'Inde dans leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde dans leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde dans leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde dans leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde et leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde et leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde et leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marrons d'Inde et leur bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)
Marron d'Inde dans sa bogue tombée au sol , flore Bassin d'Arcachon (33)
Marron d'Inde dans sa bogue tombée au sol , flore Bassin d'Arcachon (33)
Marron d'Inde dans sa bogue tombée au sol , flore Bassin d'Arcachon (33)
Marron d'Inde dans sa bogue tombée au sol, flore Bassin d'Arcachon (33)

Chataignier

Châtaignier en fleurs (fleurs mâles, châtons), flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier en fleurs (fleurs mâles, châtons), flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Châtaignier est un arbre majestueux, puissant et à grand développement. Il était surnommé "Gland de Zeus" chez les Grecs.

L’appellation botanique du châtaignier, "castanea", provient de Castanis, une ville antique située en Turquie. Originaire d’Asie Mineure, cette espèce fruitière a été introduite dans les Cévennes par les Romains.

La taille du Châtaignier est de 20 à 30 m. Sa croissance est très rapide et, en à peine 20 ans, il a atteint sa taille adulte. Son âge moyen est de 1000 ans.

Le tronc rectiligne du Châtaignier comprend une écorce fissurée en longueur et d’un coloris brun foncé.

Ses feuilles caduques sont alternes, longues d’une vingtaine de cm, pétiolées, coriaces et à grosses dents pointues. En automne, ce feuillage passe par un joli jaune qui vire rapidement au marron. Les feuilles de Châtaignier restent sur l'arbre une partie de l'hiver.

Ce végétal ne fleurit qu’au bout d’une vingtaine d’années, donnant en été des fleurs mâles en chatons jaunes, dressés de 10-15 cm et des fleurs femelles petites, à la base de chatons. Les fleurs mâles fournissent le pollen, les femelles le nectar. Les fleurs femelles sont celles qui vont devenir des bogues épineuses.

Ses fruits sont formés d’une bogue aux très nombreuses épines souples et qui renferme deux à trois châtaignes.

Les fruits de cet arbre, les châtaignes, sont comestibles et font l’objet de recettes de cuisine délicieuses. Autrefois, ils constituaient une bonne partie de l’alimentation des ruraux, essentiellement en hiver.

Il s’agit d’une essence qui se développe en pleine lumière ou à mi-ombre, les jeunes sujets préférant quand même l'ombre. Elle craint le grand froid et n'apprécie pas les terrains calcaires. Elle se contente de sols pauvres, acides ou sableux. C’est pour cette raison que l’on rencontre le Châtaignier dans des régions tempérées (principalement en Aquitaine).

Le bois du Châtaignier est imperméable et élastique. Il est utilisé pour la charpente et sert à fabriquer des piquets, des parquets mais aussi des panneaux de particules, de la pâte à papier et des meubles. Le bois dur était utilisé autrefois dans la tonnellerie (fabrique de barrique de vins). Il donne un chauffage moyen.

Pour mesurer l'âge du Châtaignier, on compte le nombre de stries dans le tronc. Attention, cette mesure d'âge ne marche pas pour tous les arbres (pour les pins, la mesure de l'âge se fait en comptant le nombre de branches, comme pour le chêne).

Châtaignier en fleurs avec fleurs mâles (châtons) et fleurs femelles (futures bogues), flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier en fleurs avec fleurs mâles (châtons) et fleurs femelles (futures bogues), flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier en fleurs avec fleurs femelles (futures bogues) et fleurs mâles (châtons), flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier en fleurs avec fleurs femelles (futures bogues) et fleurs mâles (châtons), flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et ses bogues en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et bogue en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Châtaignier et bogue en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier éclatées au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogues de Châtaignier éclatées au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier éclatée au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Bogue de Châtaignier éclatée au sol en automne, flore Bassin d'Arcachon (33)

Chèvrefeuille

Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Chèvrefeuille est un arbuste ou lianes. Certaines espèces sont aussi nommées Camérisier.

Il a des feuilles dentelées et pousse aux lisières des forêts, par extension des haies et bords de chemins.

Comme les autres lianes, il offre un habitat supplémentaire aux oiseaux. Il facilite le déplacement dans les arbres et buissons de certains insectes et petits mammifères. Ses fleurs sont surtout liées à divers espèces d'insectes de l'environnement nocturne, souvent à longue trompe.

Mais attention, les baies de chèvrefeuille sont toxiques.

Le chèvrefeuille est une plante médicinale possédant des propriétés toniques et diurétiques, et pectorales, mais il n’est plus guère utilisé aujourd’hui. Les feuilles du chèvrefeuille sont employées pour leur vertu astringente dans les maux de gorge et les aphtes. Il est préconisé contre les angines et les colibacilles, les catarrhes et la toux.

On reconnait au Chèvrefeuille des propriétés thérapeutiques et médicinales :

- Bien qu'on ait attribué à l'écorce de chèvrefeuille des propriétés diurétiques, pectorales et toniques, elle n'est plus guère employée de nos jours.

- Les feuilles, astringentes, s'utilisent en gargarismes contre les maux de gorge et les aphtes.

- Les fleurs combattent la toux et calment les spasmes de l'asthme.

Le chèvrefeuille est efficace pour traiter cystite, calculs rénaux, angines, colibacilles (bactérie que l'on trouve communément dans les intestins), catarrhe (Inflammation d'une muqueuse et écoulement qui s'ensuit), toux, plaie de la tête, maladies des amygdales, inflammation de la gorge, ulcération, aphtes.

Cette plante avait sa place, il y a bien longtemps pour traiter les troubles urinaires, l'asthme et durant le processus de l'accouchement. Les médecins chinois eux s'en servaient depuis des millénaires, il fut retrouvé une trace écrite datant de l'an 659 qui expliquait l'utilisation du chèvrefeuille pour libérer l'organisme du poison.

L'écorce renferme de l'acide salicylique, les feuilles des tanins et les fleurs une essence aromatique et du mucilage.

Chèvrefeuille et fleurs en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et fleurs en bouton, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fin de floraison, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille en fin de floraison, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chèvrefeuille et ses baies, flore Bassin d'Arcachon (33)

Baccharis ou Faux Cotonnier ou Séneçon en Arbre

Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Baccharis ou Faux Cotonnier, appelée parfois Séneçon en Arbre, est un arbuste vivace reconnaissable à son feuillage important d’un vert jaunâtre. Originaire d’Amérique du Sud, d’Amazonie plus particulièrement, naturalisée en France depuis les années 60, cette espèce est qualifiée d’espèce envahissante. En effet, introduite par l’homme, cette plante très compétitive entraine la disparition des plantes et des communautés animales et végétales locales.

Il vit typiquement dans les plaines côtières et les secteurs humides. En France, il est largement naturalisé dans de nombreuses zones littorales comme la périphérie du Bassin d'Arcachon. Dans ces régions, le Baccharis est considéré comme une plante envahissante et est devenu l'ennemi des paludiers et de la biodiversité car il tend à remplacer la flore locale en formant des buissons particulièrement touffus. Le Baccharis pousse vite (1,5 m en 3 ans). C’est un rrbuste vigoureux de bord de mer, invasif.

Une des solutions pour éradiquer le Baccharis est de broyer les parcelles atteintes puis de faire paître du bétail (ovins ou bovins) sur la parcelle les années suivantes pour brouter les repousses.

Les feuilles sont alternes, ordinairement dentées.

En période de floraison, les fleurs femelles, nombreuses d’un blanc jaunâtre, produisent une quantité extrême de graines capable de se disperser très facilement dans le vent. Il tire son nom de Faux Cotonnier en raison des tapis de graines qu'il produit en automne, ce qui facilite sa propagation.

Les plants femelles produisent des fruits plumeux, akènes poilus, surmontés d'aigrettes soyeuses.

Le Baccharis est une plante reconnue bénéfique pour la santé. C’est une plante efficace contre les troubles hépatiques (constipation, bouche amère, mauvaise haleine…). Elle est également purificatrice, nettoyante des toxines du corps et de l’appareil urinaire. Ses effets : drainage, purifiant, hygiénique, tonique, stomachique, antirhumatismale, vermifuge. Le Baccharis est un drainant doux.

Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier au vent, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier au vent, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, en fin de floraison, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, en fin de floraison, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, en fin de floraison, au vent, flore Bassin d'Arcachon (33)
Baccharis ou Faux Cotonnier, en fin de floraison, au vent, flore Bassin d'Arcachon (33)

Frêne Commun ou Frêne Elevé

Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)

Le Frêne Commun ou Frêne Elevé est un arbre du genre Fraxinus et comprend une soixantaine d'espèces vivant essentiellement dans les forêts tempérées.

Le nom Fraxinus a une étymologie variant selon les sources. Il viendrait du latin lance, car les lances des soldats étaient faites en bois de frêne. D'autres sources indiquent qu'il viendrait du grec phraxis, haie, ou du latin fraxinus, foudre, car isolé, il attire la foudre.

Il pousse sur des pentes arides, depuis le littoral jusqu'à des altitudes de 1400 m environ. Le frêne apprécie les zones ensoleillées, en bord de rivières, ou en forêts mixtes. Il couvre 2,6% de la forêt française. Il supporte remarquablement la sècheresse et le froid jusqu'à -17°. La frênaie est une forêt de frênes ou riche en frênes. C’est un des arbres les plus récents sur terre.

Sa taille maximale est- de 40 m, sa croissance rapide et son tronc atteint 1 m de diamètre.

C’est un arbre ovoïde (port isolé). Il présente des branches ascendantes, une cime irrégulière et un feuillage peu dense. Planté serré, le frêne croît en hauteur, avec un tronc rectiligne.

Son écorce est lisse, gris pâle, et se fissurant au bout de 30 ans. Elle présente alors un réseau de crevasses.

Son feuillage est caduc. Les feuilles de frêne naissent de bourgeons noirs caractéristiques (on les voit bien en hiver). Les feuilles sont opposées et décussées. Elles se composent de 5 à 15 folioles lancéolées, sessiles (sans pétioles), à sommet et base pointus et à bord finement dentelé. Suivant les espèces, les folioles sont fines et allongées ou au contraire larges. Elles sont vert foncé et glabres sur le dessus, plus pâles et à nervures un peu velues sur le dessous.

Le Frêne Commun fleurit au bout de 30 à 40 ans. Les fleurs sont nues (sans enveloppe) petites, insignifiantes, tirant sur le rouge, groupées en panicules d'abord dressées puis pendantes qui apparaissent avant les feuilles de façon à favoriser la pollinisation par le vent. Les fleurs sont hermaphrodites. La floraison a lieu de mars à mai suivant sa région d’habitat.

Son fruit est une samare plate (fruit sec indéhiscent, c'est-à-dire un akène, contenant une seule graine) de 5 cm, pétiolée, groupée en touffes de 10-20. Elles restent sur l'arbre en hiver, ce qui aide à le reconnaître. Ce fruit est surnommé "langues d'oiseau".

Certains papillons de nuit sont ses ennemis car il sert de plantes hôtes de leur chenille qui s’en nourrissent.

Le bois de frêne est blanc, à reflets nacrés, un peu rosés. Il s'assombrit, une fois coupé.

 

Le Frêne a de multiples usages :

- Le frêne est un bois dur, lourd (dense), flexible et pas cassant. Il est bon au polissage et au toucher onctueux.

-  Il est employé pour fabriquer un parquet solide mais un peu trop uniforme de couleur pour le goût du jour. C'est le bois des manches : pelles, haches, pioches, etc., car il est flexible. Ce bois est également utilisé pour la fabrication des cercles à fromage, pouvant prendre une forme arrondie et la garder même après plusieurs utilisations car il est très "nerveux". Il est aussi utilisé pour fabriquer des barreaux d'échelle, des gouvernails, des rames, des raquettes de sport. Les anciens skis étaient en frêne.

- Les feuilles de frêne entrent dans la composition de tisanes dont celle dite "du centenaire". Cette tisane peut être consommée tout au long de la vie sans contre-indication et agit contre les douleurs articulaires et des maladies comme la goutte.

- Le Frêne est utilisé en tannerie et teinturerie : conservation des peaux,  tons verts pour la laine (écorce des jeunes rameaux).

-  Il sert à l’alimentation animale : fourrage pour le bétail (feuilles, tout comme avec les feuilles d'orme).

- Un sucre est extrait de la sève en faisant une coupe dans l'écorce. Au Moyen Age, on comparait ce sirop à la manne d'où son surnom de "frêne à manne".

-  Ses fruits verts sont confits en guise de câpres ou de cornichons et boisson.

- Les feuilles, additionnées de levure, produisaient, après fermentation, une boisson (fabriquée jusque dans les années 1960) rafraîchissante et antirhumatismale, la "frênette". 

Recette de la "frênette" :

Mettre des morceaux séchés de racine de chicorée au four et les cuire une heure à basse température (100°C). Préparer ensuite une décoction en les faisant bouillir 15 mn puis filtrer.

Faire infuser pendant 2 heures les feuilles de frêne dans plusieurs litres d’eau bouillante et filtrer.

Dissoudre l’acide citrique et le sucre dans quelques litres d’eau chaude.

Mélanger les différentes préparations dans une cuve à fermentation et ajouter l’eau à une température de 22 à 28°C.

Délayer la levure dans 1/4 de tasse d’eau tiède et ajouter au mélange. Couvrir la cuve d’un linge et laisser fermenter 10 à 15 jours.

Mettre la frênette en bouteille et boucher hermétiquement (à cause de la pression).

Le breuvage est prêt au bout de 2 à 3 semaines.


Pour ce qui est des légendes et traditions :

Dans la mythologie grecque, le Frêne est l'arbre de Poséidon, qui est notamment le dieu des séismes.

Dans l'Iliade d'Homère, le javelot d'Achille était en frêne.

Pour les Germains et les Scandinaves, c'est l'arbre fondateur, Yggdrasil. Il supporte la voûte céleste et prend racine dans la Sagesse.

Les Slaves attribuent au Frêne le pouvoir de repousser les serpents : on peut se reposer à son ombre sans crainte. Le "suc" de Frêne servait à guérir des morsures de serpent.

On attribuait au Frêne d'aider les impuissants "le Frêne est la providence des impuissants".

Dans l'astrologie celtique, le Frêne est vif, impulsif, exigeant...

 

On en faisait, depuis l'antiquité, les hampes des lances (on plantait des Frênes près des châteaux-forts). Ovide, dans les Métamorphoses, le nomme "arbre aux javelots". On a découvert des outils néolithiques (5000 ans av JC) avec un manche de frêne.

Frêne Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne Commun en fleurs, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares orangées, flore Bassin d'Arcachon (33)
Frêne et ses grappes de samares orangées, flore Bassin d'Arcachon (33)

Chêne

Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)

Sur les 400 espèces de Chêne, l'Europe possède le Chêne Pédonculé, Quercus pedunculata ou Quercus robur (le gland a un pédoncule) aussi appelé Chêne Blanc ou Chêne Femelle ou Gravelin ou Chêne à Grappe ou Châgne, le Chêne Rouvre ou Chêne Sessile, Quercussessiliflora ou Quercus petraea (le gland n'a pas de pédoncule) ou "drille", le Chêne Chevelu, Quercus cerris (son gland est pourvu de poils assimilés à des cheveux !), le Chêne Chevelu Panaché (naturel dans le Doubs et le Jura, espèce décorative de jardin), le Chêne Tauzin, Quercus toza (dessous des feuilles blanc) aussi appelé Chêne Brosse ou Chêne Noir, le Chêne Pubescent ou Truffier, Quercus pubescens, le Chêne Vert, Quercus ilex ("toujours vert") et le Chêne Liège, Quercus suber (on exploite son écorce), tous deux à feuilles persistantes. Le Chêne Kermès est un arbrisseau. Le chêne couvre 39 % de la forêt française.

 Sur le Bassin d’Arcachon, le Chêne Pédonculé reste l’espèce dominante. Le Chêne Blanc ou Chêne Tauzin est caractéristique de l’airial et des landes sèches. Le Chêne-Liège et le Chêne Vert cohabitent avec le pin sur le littoral.

 Le Chêne Pédonculé est une espèce pionnière, c'est à dire qu'il est prêt à coloniser des terres abandonnées. Dès son jeune âge, il supporte assez mal la concurrence et pour faire du bois de qualité, son houppier doit pouvoir se développer facilement. Il préfère des sols profonds, frais et bien alimentés en eau. Il est très sensible aux sécheresses mais il supporte des excès d'eau temporaires. Le pH doit être proche de la neutralité (5 à 7,5).

Le Chêne Sessile est plus rustique et tolérant. Il peut être planté en futaie dense tout en faisant du bois de haute qualité. Il supporte des conditions plus contraignantes : des sols plus acides, moins profonds, plus secs.

Le Chêne Pédonculé et le Chêne Rouvre sont très rustiques (ils supportent le froid jusqu'à -23°), tandis que le Chêne Vert et le Chêne Liège sont moins résistants au froid (froid de -17°).

Sa taille maximale est de 50 m.

Les vieux chênes dépérissants hébergent souvent les larves du grand capricorne, un insecte protégé, durant les quatre années de leur développement.

En été, les chênes sont parfois colonisés par la chenille processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionea) aux poils urticants très allergisants.

Le Chêne est un arbre isolé, large et irrégulier. Les branches basses sont puissantes et leur aspect tortueux est caractéristique en hiver.

Son feuillage n'est pas très dense et on aperçoit les branches même en été. Le Chêne Rouvre planté serré pousse droit et haut. Les feuilles sont caduques (sauf chez le Chêne Vert et le Chêne Liège) et alternes. Elles ont en général une plus grande largeur vers le tiers supérieur du limbe. Elles ont un bord lobé ou profondément denté (Chêne Vert, Chêne Liège, Chêne Châtaignier).

Le tronc peut atteindre 2 m de diamètre chez le Chêne Pédonculé. Il est robuste et droit. Son écorce est lisse et claire chez l'arbre jeune, elle devient foncée chez l'adulte et se creuse de profonds sillons longitudinaux. Grise chez le Chêne Pédonculé, marron chez le Chêne Rouvre ou Sessile et le Chêne Chevelu.

Les racines du Chêne pénètrent profondément dans la terre en pivot, au détriment des racines latérales moins développées.

La fleur mâle est regroupée en chapelets pendants et discrets en avril, en même temps que l'apparition des feuilles. Les fleurs femelles sont isolées ou réunies en petits en épis dressés. Elles portent 6 à 8 étamines.

Son fruit est une akène appelé gland, plus ou moins profondément insérée dans une cupule garnie d'écailles parfois épineuses. Il tombe de lui même (quittant sa cupule) quand il est mûr, en septembre. Un chêne adulte en produit 50000. Le chêne fructifie tard à 50 ans.

 

Le Chêne trouve de nombreuses utilisations :

Le bois de Chêne est très apprécié des sculpteurs car il est souple à travailler quand il est frais et en vieillissant, le bois durcit, empêchant les vers de s'y loger.

Le chêne est le plus dur et le plus durable des bois européens. Il est également très dense et lourd (>1 tonne/m3). Il résiste bien dans l'eau. Cette qualité, alliée à la forme courbe de ses branches, était mise à profit en construction navale. Colbert, qui créa la Navale, entreprit un vaste programme de plantation de Chênes Rouvres, par l'ordonnance de 1669. Il en reste de belles forêts (forêt de Bercé, près de Jupilles, dans la Sarthe : Chênes Rouvres sur 3000 ha ; forêt de Tronçais sur 10583 ha, à proximité de Moulins, Nevers, Montluçon et Bourges).

C'est aussi un excellent bois pour la charpente, les traverses de chemin de fer, et un bois de chauffage. On en fait également des tonneaux du fait de la présence de tanin.

C'est aussi un très bon bois de feu.

Son écorce est utilisée pour tanner le cuir (car elle contient du tanin).

Son gland, riche en amidon, servait à engraisser les porcs ; torréfié, il constituait un substitut de café. 

Le Chêne Pubescent est associé à la truffe qui se développe près de ses racines.

 

Pour les légendes et traditions :

Rarement touché par la foudre, le chêne était associé à Zeus, dieu du tonnerre dans la mythologie grecque, et Donar, dieu de la foudre des Germains.

Le chêne de Dodone servait d'oracle : un prêtre interprétait le bruissement des feuilles au vent.

Dans la mythologie romaine, c'est évidemment l'arbre de Jupiter. On tressait ses rameaux en couronnes pour les guerriers valeureux (le képi de général de l'Armée a repris ce concept).

Chez les Celtes : les druides récoltaient le gui qui poussait très rarement sur un chêne. Le gui était censé recueillir l'âme et les puissances vivantes de l'arbre. Par respect pour ces puissances, on utilisait une serpe en or.

Dans l'astrologie celtique, le chêne est robuste, courageux, fort...

L'église catholique a récupéré ces croyances, édifiant la maison de Dieu à proximité des chênes sacrés (exemple : église d'Allouville-Bellefosse, en Normandie, entre Yvetot et Le Havre).

Chênes Pédonculés et ses feuilles en pousses printanières, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés et ses feuilles en pousses printanières, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé et ses feuilles en pousses printanières, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé et ses feuilles en pousses printanières, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé et ses fleurs mâles, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé et ses fleurs mâles, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Très vieux Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé aux branches telles des bras de déesse, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé aux branches telles des bras de déesse, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés aux branches formant une voûte au-dessus d'un sentier forestier, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chênes Pédonculés entre été et automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé aux couleurs début automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé aux couleurs début automne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne en tenue hivernale, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne en tenue hivernale, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé au tronc avec cicatrice en forme de coeur, flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Pédonculé au tronc avec cicatrice en forme de coeur, flore Bassin d'Arcachon (33)
Vieux Chêne tortueux en tenue hivernale et envahi de lierre, flore Bassin d'Arcachon (33)
Vieux Chêne tortueux en tenue hivernale et envahi de lierre, flore Bassin d'Arcachon (33)
Vieux Chêne Pédonculé au tronc pelé et envahi de lianes de lierre, flore Bassin d'Arcachon (33)
Vieux Chêne Pédonculé au tronc pelé et envahi de lianes de lierre, flore Bassin d'Arcachon (33)

Chêne Liège

Ramure de Chêne Liège en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Ramure de Chêne Liège en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)


Le Chêne Liège est un arbre à feuilles persistantes. Il est exploité pour son écorce qui fournit le liège. Il est parfois appelé le Corcier, le Surier ou Suve.

Cet arbre, qui peut vivre 150 à 200 ans, voire 800 ans et atteindre 20 à 25 m de haut. Il requiert des températures moyennes annuelles douces (de 12 à 19°C) et se plait donc dans notre région.

Les feuilles, petites (de 3 à 5 cm), alternes, coriaces, ovales-oblongues, sont bordées de dents épineuses et cotonneuses sur leur face inférieure, et persistent sur l'arbre pendant 2 à 3 ans.

L'écorce épaisse, isolante et crevassée peut atteindre 25 cm d'épaisseur.

L'écorce s'exploite sur le tronc et les principales branches, en fonction de la circonférence du Chêne Liège. Le liège est un produit de faible densité, bon isolant thermique, acoustique et vibratoire, et résistant à l'eau grâce à la subérine qui imprègne les cellules. Le liège femelle sert traditionnellement à fabriquer des bouchons alors que le liège mâle peut être concassé en granulés et transformé en panneaux d'isolation.

Du XVIIIème siècle jusqu’au début du XXème, on en fait des bouchons, et il est emploie pour la pêche, et dans la marine à différents usages (flotteurs pour les filets de pêches…).

Il était, au moins depuis le XVIIIème siècle utilisé par les cordonniers pour épaissir les semelles de souliers, pour les rendre plus secs ou pour relever la taille de ceux qui les portaient.

Autrefois on considérait que l'écorce de Liège était astringente, propre pour arrêter les hémorragies et le cours de ventre, soit qu'on la prenne à la dose d'un demi gros en substance, ou d'un gros réduit en poudre, soit qu'on la prenne en décoction depuis une demi-once jusqu'à une once dans une pinte d'eau. Le liège brûlé et réduit en cendre impalpable, puis incorporé dans l'huile d'œuf, est un bon remède pour adoucir et réduire les hémorroïdes.

Sur le Bassin d'Arcachon, on rencontre de très vieux Chênes Lièges centenaires notamment en forêt de Malakoff sur la commune du Teich.


Ramure de Chêne Liège avec son feuillage automnal persistant, en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Ramure de Chêne Liège avec son feuillage automnal persistant, en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Liège centenaire en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Chêne Liège centenaire en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Détail de l'écorce d'un Chêne Liège centenaire en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)
Détail de l'écorce d'un Chêne Liège centenaire en forêt de Malakoff (Le Teich), flore Bassin d'Arcachon (33)

Gland sous toute ses facettes

Gland de Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)
Gland de Chêne Pédonculé, flore Bassin d'Arcachon (33)


Le gland est le fruit du chêne.

Les jeunes chênes ne produisent pas de glands, et les productions annuelles dites "glandaies" sont chez le chêne particulièrement irrégulières, ce qui peut avoir des répercussions sur la santé des populations de sangliers ou d'autres animaux se nourrissant de glands. Autrefois, on menait les cochons manger les glands en forêt, mais cette activité était réglementée ou taxée, plus ou moins selon les régions.

Sur le plan botanique, le gland est un akène, c'est-à-dire un fruit sec indéhiscent ne contenant qu'une seule graine. Il est enveloppé partiellement à sa base par une cupule.

Le gland est riche en amidon et fait partie de la nourriture habituelle des sangliers, des écureuils… Il peut, en temps de famine, se révéler une alimentation acceptable pour les hommes. Certains glands ont une teneur en tanins (qui les protège habituellement des prédateurs) plus faible que les autres, ce qui rend leur saveur plus douce et les rend donc consommables par l'homme mais le gland est toxique pour l'homme et les ruminants lorsqu'il est consommé en grandes quantités.

L’afflux d'anthocyane, au printemps, colorie le gland en rouge ou orange. Cette coloration permet aussi de le camoufler aux yeux des herbivores qui confondent rouge et noir.

Les cupules de glands peuvent fournir d'excellentes teinturesnaturelles : beige, gris et même noir (pour certaines variétés de chêne).

Dans les pays du Maghreb, le gland est connu sous le nom de belot ou baloute (en arabe) et ablud (en kabyle, prononcé "avelodh"), peut-être en relation avec l'espagnol bellota puisque le jambon ibérique, issu de porcs nourris exclusivement aux glands, porte ainsi l'appellation de jamón ibérico de bellota.

Une partie des glands subit une décomposition et participe à la formation de l'humus.


Duo de Glands de Chêne Pédonculé et une cupule vidée de son habitant, flore Bassin d'Arcachon (33)
Duo de Glands de Chêne Pédonculé et une cupule vidée de son habitant, flore Bassin d'Arcachon (33)
Trio de Glands de Chêne Pédonculé et une cupule vidée de son habitant, flore Bassin d'Arcachon (33)
Trio de Glands de Chêne Pédonculé et une cupule vidée de son habitant, flore Bassin d'Arcachon (33)
Glands de Chêne Pédonculé en famille, flore Bassin d'Arcachon (33)
Glands de Chêne Pédonculé en famille, flore Bassin d'Arcachon (33)
Glands de Chêne Pédonculé, au sol, en cours de germination, flore Bassin d'Arcachon (33)
Gland de Chêne Pédonculé, au sol, en cours de germination, flore Bassin d'Arcachon (33)
Glands de Chêne Pédonculé asséché sous le soleil hivernal, flore Bassin d'Arcachon (33)
Glands de Chêne Pédonculé asséché sous le soleil hivernal, flore Bassin d'Arcachon (33)

Boule du Chêne ou Galle du Chêne

Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)

 

La Galle du Chêne ou Boule du Chêne est une excroissance ou tumeur végétale, provoquée par la ponte d'un insecte hyménoptère (Cynips), de 4 à 5 mm dans les rameaux ou les bourgeons du chêne. Les larves deviendront des adultes ailés et sortiront... Lorsque la galle est percée d'un petit trou, cela signifie que les œufs ont donné naissance à des insectes adultes ayant déjà quitté leur "nid".

Il a fallu attendre le XVIIème siècle pour que l'on comprenne le lien entre parasite et galle.

Sur les divers chênes d'Europe moyenne on dénombre environ 250 variétés de galles, dont 200 sont de la famille des Cynips.

Diverses Galles du Chêne, très riches en tanins, ont autrefois été utilisées comme colorants dans le tannage des cuirs ou pour réaliser de l'encre noire. Associées à du sulfate de fer, cela crée une réaction chimique qui donne la couleur noire de l'encre.

 

Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boules du Chêne ou Galles du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)
Boule du Chêne ou Galle du Chêne, flore Bassin d'Arcachon (33)