Arlésiennes dans une oliveraie des Alpilles à Saint Rémy de Provence, Bouches du Rhône
Arlésiennes dans une oliveraie des Alpilles à Saint Rémy de Provence (13)

J’ai pris cette photo d’Arlésiennes (ainsi que celles qui suivent), en mai 2010, à l’occasion de la Ferrade de Saint Rémy de Provence (Alpilles, Bouches du Rhône). La "ferrade" est le marquage de jeunes taureaux dans la pure tradition camarguaise et consiste à identifier les veaux de l’année. Cette pratique permet aussi de forger les liens entre ces hommes passionnés, maintenir ou rétablir ceux du voisinage. C’était l’occasion de se réunir autour d’un repas champêtre en admirant l’adresse des gardians. Les jeunes taureaux (anoubles) sont coursés par les gardians à cheval en direction des jeunes gens du pays se doivent d’attraper et de maintenir au sol le veau pour que le manadier puisse appliquer le fer de l’élevage propre à chaque manade. C’est aussi l’occasion d’assister au "ballet" des belles Arlésiennes : un véritable régal pour les photographes !

 

J'ai voulu volontairement ce flou artistique afin de garder un certain mystère sur chacune des scènes de ces photos puisqu’une "Arlésienne" désigne une personne que l’on attend et qui ne vient ou que l’on ne voit jamais.

 

 Il ne faut pas oublier que le mythe de l’Arlésienne est issu d’une nouvelle des "Lettres de mon Moulin", écrit par Alphonse Daudet à la fin du XIXème siècle (1869). Daudet tira de cette nouvelle, trois ans plus tard, une pièce de théâtre homonyme en trois actes pour laquelle Georges Bizet composa une musique de scène.

 

Arlésienne à cheval lors de la Ferrade de Saint Rémy de Provence dans les Alpilles (13)
Arlésienne à cheval lors de la Ferrade de Saint Rémy de Provence dans les Alpilles (13)
Arlésienne au châle (Saint Rémy de Provence - Bouches du Rhône)
Arlésienne au châle (Saint Rémy de Provence - 13)
Arlésienne en habillage (Saint Rémy de Provence - Bouches du Rhône)
Arlésienne en habillage (Saint Rémy de Provence - 13)
Arlésiennes en habillage (Saint Rémy de Provence - Bouches du Rhône)
Arlésiennes en habillage (Saint Rémy de Provence - 13)
Arlésiennes en groupe lors de la Ferrade de Saint Rémy de Provence, Bouches du Rhône
Arlésiennes en groupe lors de la Ferrade de Saint Rémy de Provence (13)
Arlésiennes devant un mas à Saint Rémy de Provence dans les Alpilles, Bouches du Rhône
Arlésiennes devant un mas à Saint Rémy de Provence dans les Alpilles (13)

 

 

Les Arlésiennes font partie du folklore provençal, plus particulièrement en Camargue et dans les Alpilles et sont présentes à toutes les manifestations :

 

-  A l’occasion des "ferrades" où elles accompagnent les gardians.

 

Lors des "abrivados", elles apportent leur élégante présence. L’abrivado est une tradition qui remonte à l’époque où les manadiers conduisaient leurs taureaux cocardiers aux arènes en les entourant de cavaliers. Aux abords du pré où paissent les taureaux, les amateurs rassemblent les cocardiers dans le "bouvaou", 8 cavaliers forment alors la pointe d’un triangle dans laquelle ils "emmaillent" les taureaux. L’abrivado est formée. La première difficulté consiste à sortir du bouvaou.
L’abrivado parcourt ainsi le chemin défini à l’avance jusqu’aux arènes, à travers les rues du village. Là, certains jeunes Camarguais font tout ce qu’ils peuvent pour écarter les chevaux afin de voir s’échapper les taureaux ; tout ou presque est permis : jet de farine, feu, pétards, banderoles sortent de nulle part pour essayer d’effrayer les chevaux. Mais en général, les cavaliers et leur monture tiennent bon et déjouent tous les obstacles : l’abrivado arrive à bon port, aux arènes. C’est une tradition qui est devenue un spectacle.

 

- Dans le courant du mois de mai, à l’occasion de la "Charrette de la Saint Éloi": une charrette ramée de buis est tirée par des chevaux de trait attelés en flèche, harnachés à la mode sarrasine et menés par des charretiers traditionnellement habillés (pantalon bleu, chemise blanche et taillole), charretiers accompagnés des dames et demoiselles portant le merveilleux costume des Arlésiennes.

 

- A l’occasion de la "Fête de la Transhumance" dans les villages, elles apportent une gracieuse touche féminine. C’est l’une des plus belles fêtes traditionnelles de Provence. Chaque année, les troupeaux de moutons quittent la Provence au printemps pour les pâturages des Alpes. Ce voyage se faisait autrefois à pieds nécessitant parfois plus de dix jours de marche. Cette fête reconstitue une coutume ancienne. Elle réunit chaque année tous les éleveurs de la région et leurs troupeaux de brebis, agneaux et béliers ainsi que des chèvres et ânes de transhumance encadrés par les bergers en costume traditionnel accompagnés.

 

Une Arlésienne est même élue Dame de l’année à Saint Rémy de Provence (tout comme à Arles, Mouriès ou Fontvieille). Etre Dame de Saint Rémy de Provence, c’est s’engager pour deux années à représenter la ville, puisque pour pouvoir concourir, elle doit habiter Saint Rémy, avoir entre 18 et 28 ans, pouvoir disserter sur le patrimoine de la ville, sur la culture provençale, et le sur le costume d’Arles, costume que la Dame de Saint Rémy de Provence se doit de porter avec prestance.

Tout d’abord les candidates doivent remplir un dossier dans lequel leur sont demandés des renseignements sur leur état civil ainsi que confirmation de leur lieu d’habitation sur la commune de Saint Remy.

Ensuite, les candidates sont convoquées par le comité des fêtes qui leur explique la charge de la Dame de Saintt Remy de Provence. L’accent est surtout mis sur la charte à respecter. A dire vrai, elle ressemble certainement à celle des autres représentantes des villes comme Arles, Mouriès ou Fontvieille. Les candidates doivent avoir suffisamment de maturité pour assumer cette fonction.

Par la suite, le comité des fêtes remet un questionnaire sur le patrimoine de la ville de Saint Rémy , sur la culture et sur le costume. Les candidates doivent travailler sur le questionnaire afin d’être interrogées par le jury.

Le jour de l’élection, les candidates se rendent en costume à la Mairie de Sainrt Remy. Le jury était composé d’environ sept membres parmi lesquels figurent le maire et des présidentes de groupes folkloriques. La particularité à Saint Remy, en opposition avec Arles ou Fontvieille, est la présence du public lors de l’interrogation par les membres du jury. Les critères de sélection s’articulent autour de la prestance et l’élégance en costume, l’élocution et la culture.

La Dame de Saint Rémy est élue avec deux demoiselles d’honneur.

S’en suit, la présentation de La Dame de Saint Rémy aux Saint Rémois et Saint Rémoise puis la première sortie officielle au l’occasion de la Charrette de La saint Eloi.

 

 

Arlésienne participant à l'élection de la Dame de Saint Rémy de Provence, Alpilles, Bouches du Rhône
Arlésienne participant à l'élection de la Dame de Saint Rémy de Provence (Alpilles - 13) photo mai 2008

 

Ces belles dames sont aussi mises en lumière par bien des peintres. Leurs portraits viennent illuminer les galeries d'art des villages provençaux !

 

Tableau d'Arlésiennes dans une galerie d'art du centre de la vieille ville à Saint Rémy de Provence, Alpilles, Bouches du Rhône
Tableau d'Arlésiennes dans une galerie d'art du centre de la vieille ville à Saint Rémy de Provence (Alpilles - 13)